Opter pour une alimentation biologique, forcément mieux ?

Dans cet article, découvre les avantages mais aussi les parts d’ombres des produits issus de l’agriculture biologique. Tu verras qu’opter pour une alimentation biologique a du sens , à condition que la démarche soit raisonnée : ce qui est biologique n’est pas nécessairement parfait, et opter pour des alternatives s’avère parfois plus éthique.

Les avantages de la consommation bio

La protection de l’environnement

Acheter des produits biologiques, c’est soutenir une façon de faire plus durable que l’agriculture conventionnelle. Les pratiques effectuées en agriculture bio sont plus respectueuses des sols : elles veillent au maintien de la fertilité, de la structure naturelle des sols… La qualité de l’eau est aussi préservée grâce à la non utilisation des produits chimiques les plus toxiques. Les abeilles, les libellules, les amphibiens et tous les autres êtres vivants menacés par ces substances sont également préservés.

Un atout pour notre santé et celle des agriculteurs

L’exposition aux pesticides peut avoir des conséquences désastreuses sur notre santé. Les premiers impactés sont bien évidemment les agriculteurs puisqu’ils sont directement en contact avec ces produits, mais nous aussi consommateurs sommes exposés. Si des pesticides sont utilisés au moment de la production, alors ils se retrouvent dans nos assiettes. Attention, l’agriculture biologique n’est cependant pas parfaite puisqu’elle autorise l’utilisation de certains pesticides : on y reviendra en deuxième partie. D’ailleurs, l’utilisation d’OGM est formellement interdite ; le seuil est de 0,9%, chiffre techniquement inévitable.

La redécouverte du goût des aliments

Ce n’est pas automatique, mais ça arrive très régulièrement (à condition bien-sûr d’acheter des produits biologiques de qualité).

Si tu achètes tes fruits et légumes à un maraîcher qui fait du bio proche de chez toi, tu seras très probablement surpris.e par le goût de aliments. Plus les aliments se seront gorgés de soleil, plus ils seront riches en nutriments et en goût. Elle n’est pas merveilleuse la nature ? Je suis persuadée que si toi aussi tu penses à ces savoureuses tomates d’été, celles qui ont du goût, tu seras d’accord avec moi.

Attention, biologique ne veut pas dire parfait

Gare aux labels

On aura l’occasion d’en reparler, mais les labels ne sont pas toujours un gage de meilleure qualité. Tu remarqueras qu’aujourd’hui de plus en plus de produits sont dotés de certifications en tous genres. D’ailleurs, tous les labels n’ont pas le même cahier des charges… C’est pourquoi, à défaut d’avoir une confiance aveugle en tous les labels, je t’invite à systématiquement analyser l’étiquette composition et origine de ce que tu achètes dans le cas des produits transformés. Si ce sont des produits bruts, renseigne-toi sur le label qui les certifie. Un post a été publié à ce sujet sur le compte instagram d’Ethikalia, mais on en reparlera également sur le blog.

Une culture intensive, sous serre, délocalisée

Les labels bio n’exigent ni une origine locale, ni une saisonnalité. C’est pourquoi, rien n’empêche les producteurs de recourir à la culture sous serre, intensive, ou bien à la délocalisation de leurs productions.  Les produits issus de l’agriculture biologique ont quelques fois les mêmes torts que ceux que l’on reproche à l’agriculture conventionnelle intensive.

L’utilisation de certains pesticides

Comme évoqué dans la partie précédente, l’agriculture biologique autorise l’utilisation de certains pesticides : la seule condition est qu’ils doivent être issus de sources naturelles. Cela ne veut pas qu’ils ne présentent aucun danger pour l’environnement. Cependant, leur utilisation est limitée et présente des conséquences moins désastreuses que l’emploi de produits phytosanitaires chimiques.

Si le sujet t’intéresse, j’écrirai peut-être un article plus détaillé sur l’agriculture biologique. En faisant mes recherches, j’ai trouvé le sujet passionnant.

Consommer bio, oui, mais de manière raisonnée

Si tu n’as pas d’autres choix que de faire tes courses en grande distribution, alors opter pour le bio semble être mieux, oui. Toutefois, en dehors des supermarchés je voudrais nuancer ce propos. Il existe d’autres alternatives dont je voudrais te faire part.

Favoriser l’achat direct et les produits locaux

Opter pour des produits de proximité en achat direct (producteurs, marchés) semble être une superbe alternative. S’ils sont cultivés durablement, sans traitement, ou dans le respect des principes de l’agriculture biologique, c’est le TOP. C’est également la façon la plus adaptée de se procurer des aliments sains moins chers tout en rémunérant le producteur au juste prix puisqu’il n’y a pas d’intermédiaires.

Le sans traitement

La mention « sans traitement » se démocratise aussi de plus en plus. C’est d’ailleurs le cas chez bon nombre de producteurs ou revendeurs de produits directement issus de la ferme (et même en grandes surfaces). Certes, ces aliments ne sont pas issus de l’agriculture biologique, mais ils ont au moins le mérite d’avoir été cultivés sans aucun traitement. Pas mal, non ?

Faire preuve de bon sens

Je t’invite comme d’habitude à surtout faire preuve de bon sens dans ta façon de consommer. Entre acheter des produits biologiques issus de la grande distribution et consommer des aliments « sans traitement » du producteur de la ville d’à côté : qu’est-ce qui est le mieux ? La deuxième option, sans aucun doute.

N’oublie pas que rien n’est parfait, ta façon de consommer n’a pas à l’être non plus, essaie simplement de faire au mieux. Et pour pouvoir faire au mieux, il est nécessaire de réfléchir, de faire preuve de bon sens quant à sa façon de consommer. C’est aussi simple que ça.

Alors parfois tu ne consommeras pas d’aliments biologiques, et c’est parfaitement ok. Au lieu de ça tu opteras pour des produits cultivés et fabriqués plus proches de chez toi, tu rémunèreras au juste prix les producteurs et soutiendras les commerces de proximité.


Tu l’auras compris, dans la vie rien n’est ni tout blanc, ni tout noir : il existe entre les deux une infinité de nuances de gris. J’espère que cet article t’auras plu.


Quelques ressources intéressantes pour aller plus loin

« Félix Noblia teste des pratiques agricoles alternatives » – Brut – YouTube
« Ces fermes familiales qui nourrissent la planète » – Brut – YouTube
« Cuba : le secret de l’île bio » – ARTE – YouTube

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s