Slow travel : voyager plus durablement

Ralentir pour préserver la planète : tel est le but premier du slow travel. En changeant notre façon de voyager : en optant pour différents moyens de transports, hébergements, activités, c’est l’expérience du voyage en elle-même qui change. Alors comment adopter cette manière plus durable de voyager ? Ethikalia te laisse le découvrir.

Qu’est-ce que le slow travel ? 

Le slow travel ou slow tourisme signifie littéralement “voyager lentement”. Il s’agit alors de voyager différemment de ce que nous connaissons aujourd’hui : sans se précipiter, sans accumuler les visites, en se laissant porter et en prenant le temps de nous imprégner de la culture du pays visité.

Les émissions de gaz à effet de serre causées par les transports ont une grande part de responsabilité dans le réchauffement climatique. Selon une étude menée par le Centre Interprofessionnel Technique d’Etudes de la Pollution Atmosphérique (CITEPA), les transports sont la première source de pollution en France (29%). 

Ce constat alarmant a poussé de nombreuses personnes à changer leur manière de voyager : de plus en plus de gens ne veulent plus prendre l’avion par exemple, et privilégient des moyens de transports plus écologiques. D’ailleurs les vols en avion sont responsables de 2% de la pollution mondiale.

Le slow travel nous invite donc à revoir nos moyens de transports, les hébergements pour lesquels nous optons, ainsi que notre façon de consommer sur place. 

Comment on fait en pratique ? 

On prend son temps !

Il n’y a rien de plus agréable que d’explorer une destination à son rythme. Au début c’est extrêmement déroutant de ne pas prévoir grand chose, surtout quand on est du genre à avoir besoin de contrôle. Néanmoins, en vous laissant une marge de liberté, vous vous rendrez très vite compte que le voyage prend une toute autre dimension quand on se laisse porter. On découvre des choses qu’on n’aurait probablement jamais vues, on rencontre des gens… La posture de “disponibilité” dans laquelle on est fait qu’il peut se passer des choses incroyables.

On opte pour des moyens de transports plus écologiques

Prendre le train, le bus, ou le vélo au détriment d’un avion a du bon. Certes, on va moins vite, mais on prend davantage le temps d’arriver à notre destination. Bien souvent, passer d’un point A à un point B en seulement 7 heures d’avion peut être extrêmement violent : le décalage horaire, le choc culturel… Alors qu’en adoptant des moyens de transports plus écologiques, la transition se fait de manière plus progressive, le corps et la tête ont le temps de se préparer à ce qui nous attend à l’arrivée. 

On choisit des logements locaux

Quand on choisit notre hébergement, il est primordial de se demander à qui l’on souhaite donner notre argent. Quand on est dans une démarche de slow travel, on essaie au maximum de donner notre argent à la population locale. On veille alors à dormir dans des guest-house, des auberges de jeunesse ou même chez l’habitant. Le tout est d’éviter de dormir dans de grandes chaînes d’hôtels nationales ou internationales. 

Louer un appartement peut aussi fonctionner, à condition de le louer impérativement à des locaux. 

On veille à notre consommation sur place

Ce n’est pas parce qu’on ne connaît pas une ville ou un pays qu’il faut opter pour la solution de facilité et faire les courses au supermarché. N’hésitez pas à repérer les marchés locaux, et surtout à demander aux habitants de l’endroit où vous vous trouvez où acheter à manger. Il n’y a rien de tel que l’avis des gens qui vivent sur place pour connaître les meilleurs plans. C’est la même chose pour les restaurants, n’hésitez pas à demander aux locaux quelles adresses ils préconisent, vous pourrez aussi trouver de super bonnes adresses sur des guides ou des sites internet. 

Une petite inspiration slow travel :

Pourquoi opter pour cette façon de voyager ? 

On ne part plus en « vacances », on vit une véritable aventure

En étant dans une démarche de slow tourisme, le voyage prend un tout autre sens. Aujourd’hui beaucoup de gens assimilent le voyage à une liste de pays à cocher au fur et à mesure : on prévoit un maximum de choses en un minimum de temps, on veut aller vite et tout faire, on s’empresse de visiter les lieux les plus touristiques… Bienvenue dans l’ère du fast travel. 

En optant pour le slow travel, le voyage prend une toute autre tournure : il se transforme en une véritable expérience, une aventure. C’est ce qui est magique. 

On s’immerge dans la culture locale

En se logeant et en se nourrissant au plus près des locaux, on a davantage de chances de nouer des liens avec eux, et donc de découvrir davantage la culture locale. N’est-ce pas ça finalement la plus grande richesse d’un voyage : partir à la rencontre d’une culture différente de la sienne ? Si ce n’est pas le cas, autant rester chez soi ou bien voyager mais tout en restant dans son pays. 

On chasse le stress

Ralentir le rythme fait un bien considérable ! Va-t-on vraiment en voyage pour avoir un rythme de vie effréné, se stresser afin d’avoir le temps de tout faire ? Ce serait dommage. Être dans une démarche de slow tourisme implique de ralentir, donc freiner le rythme permet de réduire le stress. 

On se reconnecte à l’instant présent

Si on se laisse davantage porter, en laissant notre intuition et les rencontres faites en chemin nous guider, on se reconnecte complètement à l’instant présent : on est là, dans l’ici et maintenant, ouverts à toutes les opportunités qui se présenteront à nous. 

On observe davantage, on contemple, et cette façon de voyager est tout simplement magique.

On réduit notre impact sur l’environnement

Adopter tous ces petits changements dans notre manière de voyager réduit grandement notre empreinte carbone, inutile de développer ce point puisque cela fait sens. Toujours est-il que c’est un argument de taille en faveur du slow travel, alors autant le rappeler.

Les inconvénients du slow travel

Voyager lentement implique de faire des choix et des concessions.

Il est nécessaire de définir tout de suite les lieux à visiter, surtout si vous n’avez pas beaucoup de temps devant vous. Ce n’est pas toujours facile d’accepter de ne pas parcourir tout ce qu’on aurait voulu, mais dans le slow travel c’est la qualité à la quantité qui sera privilégiée.

Ce n’est pas évident à mettre en pratique quand on a peu de temps devant soi, mais au final ça vaut vraiment le coup. 

Même si vous n’arrivez pas à mettre en place tous les points cités précédemment d’un coup, prenez votre temps et allez-y petit à petit.


Une chose est sûre, changer nos habitudes de voyages est aussi devenu une nécessité. Laissons de côté le fast travel, et adoptons tous une démarche slow travel.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s